La France connaît en cette fin d’année 2019, un mouvement de grève qui prend de plus en plus d’ampleur. La RATP et la SNCF n’assurent aucuns services sur la demande de plusieurs syndicats qui veulent encore durcir le mouvement des cheminots avec une grève illimitée. 

 

La cause : la nouvelle réforme de retraite et la fin des régimes spéciaux dans tout l’hexagone. 

Comment faire pour se rendre à son travail sans RER A, RER B, Ter ni Tgv ? Se rendre à ses rendez-vous hospitaliers ou tout simplement se déplacer sans subir le trafic perturbé et les transports supprimés ? 

Une solution toute simple : prendre un taxi. Pour les usagers des transports, il s’agit d’un vrai parcours du combattant pour circuler durant ces grosses perturbations et les journées d’action contre la réforme. Les lignes de bus principales sont fermées et les grévistes en appellent à la grève des transports dans leur ensemble. 

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Il est bon d’être chauffeur de véhicules privés en cette période de grève nationale. Les demandes de VTC explosent et les prix flambent pour les usagers parisiens. Normal puisqu’il y a moins de voitures disponibles à ce moment-là. 

Or, les taxis ne n’augmentent pas ou ne surfacturent pas pour ne pas pénaliser leurs clients. Il est donc plus intéressant de prendre de faire appel à l’un d’entre eux. Et pourtant, il reste encore difficile à cette heure-ci de trouver un taxi libre pour pouvoir se déplacer sereinement. 

Pour pouvoir avoir la chance de trouver un taxi, il va falloir s’y prendre en avance et très en avance même. Les grandes compagnies se trouvent vite saturer de demande. Seuls les petites sociétés arrivent à tirer leur épingle du jeu. 

Certains taxis indépendants ont décidés de ne pas travailler ce jour-là mais une grande majorité assure, tout de même leur service minimum avec les aléas qu’ils devront subir et faire subir à leurs clients. 

Pour un indépendant, une journée non travaillée ou en arrêt est une journée sans salaire. Certains non pas le choix que de prendre le volant. Une autre inquiétude se greffe à celle d’un mouvement de grève longue durée : la pénurie de carburant. 

Les aléas d’un chauffeur de taxi lors d’une grève générale

Au vu des fortes perturbations qui sont à prévoir suite à la nouvelle journée de mobilisation  contre le projet de loi, les chauffeurs de taxi s’attendent à faire de nombreuses heures supplémentaires pour assurer la continuité du service. Ils ne sont pourtant pas les mieux lotis et commencent à s'inquiéter des suites de ce mouvement social qui pourrait être illimité. 

Entre la possible pénurie de carburant et les courses annulées au dernier moment, les taxis finiront par être impactés par les appels à la grève des représentants des syndicats Sud Rail et CGT Cheminots. 

Les Syndicats ne veulent pas lâcher l’affaire et le gouvernement est sûr de sa nouvelle réforme. Nombreux autres secteurs décident de protester contre cette réforme comme les transports routiers, le secteur de l’Education Nationale (maternelles, cantines, collèges et lycées) ou encore celui du milieu hospitalier. Les transports comme les tramways, les aéroports, les réseaux de bus ou les métros s'en trouvent aussi impactés.

Les organisations intersyndicales ont déposées un préavis de grève pour le jeudi à venir et appellent aux rassemblements et à de nouveaux jours de grève. Une nouvelle perturbation dans les transports est à prévoir dans le secteur public. Devons-nous nous attendre à une grève d’une durée indéterminée ainsi qu’une contestation et des mouvements sociaux qui pourraient se durcir ?