Mesures Covid : taxis île de France

En dépit de la pandémie du Covid-19, la vie en Île de France a repris son cours. Pourtant, des mesures sont à respecter, notamment pour les personnes qui ne peuvent pas respecter les distanciations sociales, comme dans les taxis. 

 

Le service de transport a été chamboulé ces dernières semaines et les chauffeurs de taxi ont du s’adapter rapidement.

Des mesures à respecter

Divers gestes sont à appliquer pendant cette pandémie de Coronavirus qui touche le monde entier. 

Etant donné la situation, avoir une voiture avec chauffeur serait idéal. Or, le taxi est un moyen de déplacement pratique pour la vie quotidienne, même si un taxi parisien représente un budget. 

En début du confinement, de nombreux chauffeurs n’étaient pas disponibles, exceptés pour les déplacements professionnels.

Aujourd’hui, afin de protéger les passagers ainsi que les conducteurs lors de leurs trajets, il est actuellement interdit de se mettre près du chauffeur. 

Il est donc conseillé de se limiter à seulement trois personnes dans le véhicule avec chauffeur. 

De toute évidence, le port du masque pour tous les passagers ainsi que le chauffeur de taxi est obligatoire sauf pour les enfants ayant moins de onze ans. 

Hormis la présence de la vitre transparente qui sépare le conducteur de taxi et les clients. Tout véhicule utilisé devrait être aéré en permanence et désinfecté au moins une fois par jour. 

Quand le conducteur dispose d’un temps d’attente des passagers, une aération du  taxi transport, en ouvrant les portes, serait parfait. 

Les conducteurs de taxi durant la pandémie

Être un chauffeur professionnel requiert une certaine aptitude à la ponctualité pour assurer un service de qualité. Un chauffeur, avec un véhicule de transport des civiques comme le taxi, doit être titulaire d’un permis B.

Durant la pandémie, les taxis ont joué un rôle primordial pour certains hôpitaux en prenant en charge les déplacements de tout le personnel. Les taxis et vtc (comme Uber), sont devenus la solution de transport de référence. Pour autant, une réservation de taxi peut être remise en cause.

Il a d’ailleurs été publié dans un que : « le conducteur est autorisé à refuser l'accès du véhicule à une personne présentant des symptômes d'infection au covid-19 ». 

Les services d’un taxi sont limités par le transport avec chauffeur des passagers en bonne santé et de la civile professionnelle, afin de limiter les risques liés à l’activité professionnelle.  

Pour des déplacements privés avec chauffeurs privés, le prix de la course est soumis à une tarification plus élevée que celle du tarif minimum. Cependant, avec les conducteurs de taxi, les passagers doivent aussi respecter les différentes gestes barrières afin de ne pas être atteint du Coronavirus.

Un service de taxi inconditionnel

Les  professions dans le secteur des transports font partis des acteurs majeurs de la crise. 

Le métier du chauffeur est l’un des plus risqués faute de virus. Donc, une capacité professionnelle est requise venant des conducteurs. 

A peine ce virus disparu, les taxis parisiens mériteront un certificat de capacité.  Etant donné qu’un bon chauffeur assure la sécurité routière et doit d’être ponctuel envers chaque passager. 

Si vous avez besoin d’un taxi, la société de taxi vous proposera une diversité de chauffeur particulier pour un transport à la demande. De plus, pour tout service utile lors du trajet routier, il vous faudra demander au chauffeur.

Les trajets privés font l’objet d’une réservation préalable et directement au chauffeur. Plusieurs Parisiens préfèrent les taxis au taxi-moto qui peuvent rouler sur toute distance,  contrairement à un transport public.  

Le code de la route est toujours respecté par le chauffeur sur la voie publique, même sur une longue-distance partout la voie publique.